Réglage
=> tous les 6 mois
=> tous les ans
=> tous les 2 ans
=> tous les 5 ans
Contrairement à l’accord, la nécessité d’un réglage dépend de l'utilisation du piano :
 
  1.    plus de 6 heures par jour
  2.    3 à 6 heures par jour
  3.    1 heure par jour
  4.    moins de 1 heure / jour

L'une des particularités du piano repose sur le fait qu'il fait partie des rares instruments de musique sur lesquels le musicien n'intervient pas directement sur « ce qui crée le son » : entre la corde et le pianiste se trouve en effet la « mécanique » du piano.

Cette « mécanique » est constituée d'un grand nombre de pièces de bois, de métal, de cuir, de feutres, de plusieurs systèmes de leviers et de ressorts, etc., qui doivent tous être assemblées et réglées de façon homogène et très précise.

Chacune des notes d'un piano à queue comporte :

32 points de frottement, 

et 25 points de réglage...

Constituée de plus de 3000 pièces..., cette « mécanique »  est un élément central et complexe qui a une incidence directe, non seulement sur le fonctionnement intrinsèque du piano, mais aussi sur le jeu du pianiste et sur le son.

Chacune des pièces contribuent non seulement au bon fonctionnement de la mécanique, mais aussi à la maîtrise des nuances, de l'émission du son, à la facilité de répétition...

Mais tous les délicats réglages de cette « mécanique » ne sont pas immuables : ils se modifient, se dérèglent tant avec le temps qu'avec l'usure...

Un bon « réglage » redonne de la régularité à l'enfoncement,

de la précision au touché ; il améliore la répétition,

et supprime tous les bruits et vibrations parasites.

La précision et la finesse du fonctionnement de cette « mécanique » permettent de transformer un instrument.

            En pratique...
Réglages mécaniques : contrôle des pièces, lubrification des axes et des pivots ; réglage du clavier, de la chasse, de l'échappement, de l'enfoncement, de la rechute, de l'attrape, des étouffoirs, des pédales, ...
            Prestations
La « sensation de jeu » dépend de la qualité du réglage pour obtenir un jeu régulier et une qualité du toucher.

On parle ainsi notamment :

  • du réglage de niveau du clavier : planéité, régularité ;

  • de l’enfoncement des touches : charge identique ;

  • de la chasse : distance entre la tête des marteaux et des cordes ;

  • de l’échappement : moment où les marteaux « échappent » avant de frapper les cordes ;

  • de l’attrape : distance entre les marteaux et les cordes après avoir frappé ;

  • des étouffoirs : départ collectif (avec la pédale de droite, dite pédale forte) et départ individuel (lorsqu’on abaisse la touche).

 

A noter que les pianos droits et les pianos à queue ont des procédures de réglage bien distinctes.

60 euros/h